URBEX-FRANCE – La maison de " L'encrier sans plume " – #7





Merci à Charlène d’avoir été ma première tipeuse ! 😉 ( Page supprimée )

La première partie de la maison que nous visitons est la plus délabrée. Le toit est en partie effondré et à l’intérieur les pièces sont en très mauvais état. Il y à une légère odeur de brûlé et d’humidité.
Rien de bien intéressant dans cette première pièce, tout comme dans le reste de cette partie de l’habitation. L’escalier qui mène à l’étage commence à subir les caprices du temps et bientôt il s’écroulera sous son propre poids. A l’étage les deux pièces sont vides et l’eau à fait pourrir le plancher par endroit.

Désormais nous passons la porte de l’autre partie de la maison et nous découvrons qu’en général c’est en bien meilleur état que tout le reste. Il y a encore les meubles et leur contenus. Des bouteilles de lait, des paquets de riz et de spaghettis, des bocaux avec je ne sais quelle substance à l’intérieur… Dans le tiroir d’un meuble il y a également un appareil auditif, des allumettes, des peignes, du matériel de couture, quelques centimes de francs et pas mal de vêtements sur le sol.

Au dernier étage, le grenier. Et c’est dans ledit grenier que nous trouverons ce que nous cherchons. Que nous trouverons ce pourquoi nous faisons de l’exploration urbaine: des traces de vies passées. Bien sûr tout est retourné dans ce petit grenier et rien ne paraît suffisamment intéressant mais en regardant de plus près, nous trouvons des choses capables de retenir notre attention. Il y a plusieurs photos monochrome ainsi que des sépias. Sur ces clichés sont représentées différentes personnes dans des scènes courantes. Il y à également des dès à coudre, des aiguilles, des boutons, un encrier sans sa plume, une vieille clé, une bouteille qui porte la mention “Potion”, des journaux, des lettres manuscrites écrites à la plume. Voici d’ailleurs ce que l’une d’elle contenait:

” 1 Novembre

Ma chérie,
Je t’écrie ce soir car s’il fait beau demain j’irai à Caen. Mais je ne suis pas sûr à cause du mauvais temps, J’ai reçu ta lettre ce matin, je l’attendais mercredi matin, puis jeudi, toute la semaine s’est passée dans l’attente de la petite enveloppe bleue qui m’apporte des nouvelles de ma petite parisienne.

Je pensais justement ce soir, en passant par la route du cimetière, à notre première rencontre. Tu me disais que tu voulais aller à Paris, tu ne me parlais que de Paris, la ville lumière t’attirait et tu y as été. Tu y es ; je ne crois pas que tu en sois plus heureuse, bien au contraire. Je te parlais de Rouen, tu diras que c’est du parti pris mais je l’aime, c’est mon pays lorsque je reviendrai ce sera pour y vivre des années, que, malgré tout, je veux espérer heureuses.

Ne t’inquiètes pas pour ma chute de dimanche,, je n’ai rien eu absolument ma roue un peu voilée, un peu de boue sur mes habits, c’est tout. Tu as peur que j’attrape du mal mais n’ai pas peur, ce n’est pas du rugby que je joue mais du football association. C’est moins brutal, plus scientifique, je le préfère n’ai donc pas peur je ferai attention comme tu me le dis. Tu me dis qu’il y a des accidents, le dernier est à Rouen, dimanche dernier, l’équipe de Barentin jouait au stade et un équipier reçu un coup de pied dans le ventre qui causa une perforation intestinale, il en est mort. Il jouait du rugby.

Tu t’ennuies, contes-moi tes peines, tes difficultés, tes ennuis, j’essayerai de te consoler, de te conseiller, de te distraire. Tu disais à Yvonne que tu ne voulais pas m’écrire pour me désennuyer mais a présent si je disais comme toi tu serais bien attrapée. Ecris-moi tout, ne caches rien, fais comme moi, aies confiance. Loin de m’agacer, je te chérirai encore plus, tout ce qui te touche à droit à ce que j’approuve ou reprouve car tout ce qui est toi m’intéresse et que Cécile est à moi.

Je comprends qu’il est dur de vivre avec des personnes toujours mal lunées mais je crois que tu as fait un apprentissage avec la Madeleine. Je suis content qu’Angeline reste avec toi, ça te seras une bonne compagnie. Ce qui est malheureux c’est souffrir comme elle a souffert pour quoi: pour rien.

Et ton rhume est-il passé ? Tu as eu de la constance d’attendre trois quarts d’heure surtout à présent les soirées sont froides, sois prudente, ne prends pas de mal. ”

Par la suite, nous avons trouvé une autre photographie datant de 1916 et qui représente une certaine ” Marie “. Ce que je prends pour une photo post-mortem n’est, je pense, qu’une simple photo normale. J’ai eu ce doute car j’ai déjà vu des photos de ce genre mais où les personnes sont soutenues par un mécanisme dans leur dos, qui leur permet de les tenir debout…

Cette vidéo à été créee pour URBEX-FRANCE et par URBEX-FRANCE. Qu’il s’agisse du contenu vidéo, ou du contenu audio.
Je certifie donc l’originalité du contenu ici présent.



Fuente – Source

URBEX-FRANCE – La maison de " L'encrier sans plume " – #7

EN.- Urban exploration is usually about exploring areas away from urban centers, industrial zones, or abandoned areas. But also for ancient ruins and areas impossible to access, everything depends on each explorer.

ES.- La exploración urbana normalmente se trata de la exploración de zonas alejadas de los núcleos urbanos, zonas industriales, o abandonadas. Pero también por ruinas antiguas y zonas imposibles de acceder, todo depende de cada explorador.

Urbexvideos.eu es la exploración urbana llevada a tu pantalla ! Disfruta de todos los videos de Urbex que existen en una misma página web y todo categorizado por zonas !

Saludos exploradores ! 😉

Publicado en France y etiquetado , , , , , , , .

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *